Home > Historique du Festival

Historique du Festival

Premiers essais...

Il y a tout juste 20 ans, en novembre 1979, un petit groupe d’étudiants et d’anciens étudiants, membres du cercle d’Histoire de l’Art et d’Archéologie de l’Université libre de Bruxelles, entrait dans la dernière ligne droite d’un grand projet : la mise sur pied du 1er Festival international du Film d’Art et d’Archéologie de Bruxelles.

L’idée en était née un an plus tôt, suite à la projection par le Professeur Roland Tefnin, dans le cadre d’un de ses cours de licence sur l’Égypte, du merveilleux petit film intitulé « La petite cuillère ». Au même moment, le Festival du Film scientifique, organisé par le Centre universitaire du Film scientifique de l’U.L.B., sous la direction de Melle Annie De Pauw, attribuait son Grand Prix à un film d’archéologie « Découverte d’un cadavre chinois datant de 200 ans avant J.-C. » et décernait un autre prix au film « 100 .000 morceaux de Drakkars ».

Il n’en fallait pas plus pour décider un groupe d’étudiants à s’intéresser de plus près à l’approche cinématographique de l’art et de l’archéologie et à en présenter un essai de synthèse au public, sous la forme d’un festival international. Pendant plus d’un an, ils ont ainsi dépouillé tous les catalogues accessibles, ce qui leur permit de répertorier plus de 2 000 films. De cet ensemble considérable, le comité d’organisation, aidé de nombreux professeurs, chargés de cours et assistants, parvint, tout le long d’une année, à en visionner environ 300 et à en retenir finalement 34, qui furent présentés au public du 3 au 7 mars 1980.

Le succès rencontré par ce premier festival les incita à poursuivre l’entreprise. Les éditions suivantes furent ainsi présentées en 1983, 1986 et 1988. À l’occasion de cette 4e édition, deux gros problèmes se firent jour. D’une part, le succès grandissant du festival auprès des réalisateurs et producteurs de films commençait à noyer progressivement le comité d’organisation sous l’abondance des documents. D’autre part, l’entrée progressive de la plupart des membres de l’équipe dans la vie professionnelle et familiale diminuait considérablement la disponibilité de chacun. Il fut donc décidé de remettre toute la documentation concernant les films d’art au centre du Film sur l’Art et de lui laisser le soin de mettre sur pied les prochaines manifestations sur ce thème.

Constitué depuis 1985 en asbl, sous le nom d’« Imagin’art », le comité d’organisation caressait l’espoir de présenter une cinquième édition, prévue pour 1990, entièrement consacrée à l’archéologie. Pour diverses raisons, essentiellement d’ordre professionnel, ce 5e festival fut d’abord postposé en 1992, puis sans cesse remis aux Calendes grecques.

La renaissance du festival et la fondation de l’asbl KINEON

C’est en 1994, que le flambeau fut repris par une nouvelle équipe d’étudiants et d’anciens étudiants. Réunis sous le nom de KINEON, ils se proposaient d’organiser le 1er Festival international du Film archéologique de Bruxelles. Grâce au soutien de la Générale de Banque, une première édition eu lieu en 1995 dans le Grand Auditorium. L’asbl KINEON a opté pour un rythme de deux ans afin de se donner le temps de préparer au mieux l’organisation mais aussi pour engranger les meilleures productions. Afin de « coller » à l’actualité et aux derniers progrès de l’archéologie, il fut décidé de ne présenter que les films des cinq dernières années.

Les deux premières éditions du nouveau festival, mises sur pied en 1995 et 1997, dépassèrent toutes les espérances : une sélection de films à la fois d’une grande diversité et d’une rare qualité amenèrent un public de plus de 1000 personnes. L’édition de 1999 a battu tous les records avec plus de 1.200 spectateurs.

 
Document sans titre

Dernière mise à jour : jeudi 20 novembre 2014 - © asbl KINEON 1995-2011 - tous droits réservés